Actualité Greenpeace France

Rejoignez le mouvement
  1. Avez-vous entendu parler des mégafeux qui ravagent les forêts russes depuis la mi-juillet ? Selon les données de surveillance satellite, la superficie totale brûlée par les incendies de forêt en Russie depuis début 2020 a atteint 21 millions d'hectares – une superficie plus grande que la Grèce. On fait le point.

    Cet article Urgence climatique : incendies dans les forêts de Russie est apparu en premier sur Greenpeace France.

  2. Le 14 novembre 2018, le gouvernement adoptait une Stratégie nationale de lutte contre la déforestation importée. En mai 2019, le ministère de l’Agriculture annonçait la publication en juin 2019 d’une nouvelle stratégie sur les protéines végétales pour entre autre rendre la France moins dépendants des importations de soja, qui contribuent à la déforestation. En août 2019, Emmanuel Macron disait s’opposer à l’accord de libre-échange entre l’UE et le Mercosur suite aux incendies catastrophiques qui ont ravagé l’Amazonie. Nous sommes en août 2020, et les feux menacent de nouveau dangereusement cette forêt primaire. Qu’en est-il des promesses gouvernementales ?

    Cet article Déforestation : l’inaction coupable d’E.Macron est apparu en premier sur Greenpeace France.

  3. Il y a un an, la majorité présidentielle votait pour le CETA à l'Assemblée nationale, malgré une forte opposition de la société civile. Un an plus tard, Greenpeace aux côtés de plusieurs organisations rappellent dans cette tribune que lutter contre le dérèglement climatique, c’est sortir des accords de libre-échange climaticides.

    Cet article Le CETA ou la trahison démocratique permanente est apparu en premier sur Greenpeace France.

  4. Cet article Déforestation : arrêtons le massacre est apparu en premier sur Greenpeace France.

  5. Jeudi 9 juillet à l'aube, des activistes de Greenpeace se sont hissé·es au sommet de la plus haute grue d’Europe de Notre-Dame à Paris à 80 mètres du sol, pour y déployer une bannière portant le message « Climat : aux actes ! ». A qui s’adressent-ils ? Directement à Emmanuel Macron, pour dénoncer son inaction climatique.

    Cet article [Action] Climat : Macron, Notre Drame est apparu en premier sur Greenpeace France.

  6. Sans nul doute vert de rage, au lendemain des élections municipales dominées par des coalitions d’écologistes dans de nombreuses grandes villes, Emmanuel Macron a convoqué la Convention citoyenne pour le climat à l’Elysée pour afficher une énième conversion à l’écologie. Après le “tournant écologique” de l’acte 2 du quinquennat, puis celui affiché en février lors de son déplacement au mont Blanc (tous deux restés lettre morte), il suffit de se pencher sur le projet de loi de finances rectificative (PLFR3) actuellement débattu à l’Assemblée nationale pour se demander si la montagne n'accoucherait pas déjà d’une souris (verte).

    Cet article Le greenwashing de LREM à l’Assemblée nationale est apparu en premier sur Greenpeace France.

  7. Près de 16 mois après le début de l'instruction, l'État a enfin répondu aux 2,3 millions de soutiens qui s'inquiètent de l'inaction climatique en France. Alors que les quatre organisations à l’origine du recours en justice (Notre Affaire à Tous, la Fondation Nicolas Hulot, Greenpeace France et Oxfam France) sont désormais soutenues par la Fondation Abbé Pierre et la Fédération Nationale d’Agriculture Biologique, qui ont apporté de nouveaux arguments au dossier, l’État s’est-il montré à la hauteur de l'enjeu climatique ? Décryptage de cette réponse.

    Cet article Affaire du Siècle : la réponse de l’État est-elle à la hauteur ? est apparu en premier sur Greenpeace France.

  8. On y est ! L’arrêt du réacteur numéro 2 de Fessenheim, lundi 29 juin à minuit, a acté la fermeture définitive de cette vieille centrale nucléaire controversée. Après 43 ans d’activité, la doyenne du parc nucléaire français prend une retraite plus que méritée. Conçue pour durer 30 ans avec une marge maximum à 40 ans, Fessenheim est truffée d’anomalies et cumule les problèmes de sûreté et de sécurité, justifiant pleinement l’arrêt de son activité. Maintes fois repoussée, sa fermeture marque un moment historique : c'est la première d'une longue série. La France compte 56 autres réacteurs vieillissants qui devront eux aussi rapidement fermer. Retour sur un long combat qui a démarré dès les années 70, et qui est loin d'être terminé.

    Cet article Faut-il se réjouir de la fermeture de Fessenheim ? est apparu en premier sur Greenpeace France.